La CIDSE lance une nouvelle étude sur le commerce et l'investissement et le Traité des Nations Unies sur les entreprises et les droits de l'homme avec un débat au Parlement européen - CIDSE

La CIDSE lance une nouvelle étude sur le commerce et les investissements et le Traité des Nations Unies sur les entreprises et les droits de l'homme avec un débat au Parlement européen

Aujourd'hui, la CIDSE publie une nouvelle étude du Dr. Markus Krajewski de l'Université d'Erlangen-Nuremberg, qui examine comment un traité des Nations Unies sur les entreprises et les droits de l'homme pourrait résoudre les conflits potentiels entre le commerce et les droits de l'homme, et qui propose des clauses types permettant de garantir que la protection des droits de l'homme soit renforcée dans le cadre des accords de commerce et d'investissement.

L'étude, intitulée Assurer la primauté des droits de l'homme dans les politiques en matière de commerce et d'investissement: clauses types d'un traité des Nations Unies sur les sociétés transnationales, les autres entreprises et les droits de l'homme1, est lancé lors d'un débat au Parlement européen organisé par le Parti populaire européen (PPE), et en particulier le député belge Claude Rolin, et co-organisé par la CIDSE et les organisations membres belges Entraide & Fraternité, ainsi que Broederlijk Delen.

Le panel fournira diverses perspectives du Nord et du Sud sur le rôle que l'UE devrait jouer en ce qui concerne «les entreprises et les droits de l'homme» et en particulier sur les opportunités offertes par un instrument international juridiquement contraignant sur les sociétés transnationales et autres aux droits de l’homme (le Traité des Nations Unies).

En octobre 2017, des négociations historiques sur le traité des Nations Unies vont s'ouvrir à Genève et la CIDSE et ses membres encouragent les dirigeants du monde à soutenir un accord solide garantissant que les intérêts des entreprises ne soient pas placés au-dessus des droits de l'homme.

Outre M. Krajewski en tant que membre du groupe spécial, Mgr Álvaro RamazziniL’évêque de Huehuetenango (Guatemala) sera présent pour donner des exemples de l’impact des industries extractives sur les communautés locales et de la lutte des communautés pour faire respecter leurs droits. Claire Courteille, Directeur du BIT-Bruxelles, sera également présenté.

«Les Principes directeurs relatifs aux droits de l'homme et aux entreprises des Nations Unies ne sont pas contraignants et, jusqu'à présent, les États n'ont pas fondamentalement modifié leurs pratiques en matière de traités. Il existe actuellement une fenêtre d'opportunité pour l'introduction de nouvelles approches juridiques pour traiter la relation entre les droits de l'homme, les investissements et les politiques commerciales », a déclaré le Dr Krajewski dans son étude.

Pour Mgr Ramazzini, un traité pourrait avoir un impact positif sur les communautés qui subissent les conséquences des sociétés étrangères opérant sur leurs terres ou à proximité. «Les communautés autochtones du Guatemala assistent à une recrudescence des conflits et à une perte d'harmonie entre les communautés, ainsi qu'à une détérioration de leur environnement due à des activités minières qui ne respectent pas les droits humains fondamentaux, en particulier le droit à un consentement libre, préalable et éclairé. pas faire preuve de diligence raisonnable dans leurs activités », dit-il.

Pour plus d’informations ou pour des interviews: Kelly Di Domenico, responsable des médias et des communications, didomenico@cidse.org, tél.

1Le étude explore le potentiel d'un futur traité pour aider à surmonter les limitations et les lacunes des réformes dans le régime commercial et contribuer à assurer la primauté du droit des droits de l'homme au droit du commerce et de l'investissement, via des dispositions concernant trois domaines spécifiques: premièrement, réglementer les relations entre droits et accords commerciaux et d'investissement; deuxièmement, les évaluations d'impact sur les droits de l'homme; et troisièmement, les obligations en matière de droits de l'homme pour les systèmes de crédit à l'exportation et de garantie des investissements. Vous pouvez lire le résumé ici.

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange