Deux ans après le Synode amazonien : les voix des femmes autochtones plus pertinentes que jamais – CIDSE

Deux ans après le Synode amazonien : les voix des femmes autochtones plus pertinentes que jamais

En octobre 2019, plus de deux cents personnes se sont réunies pendant trois semaines à Rome pour le Synode amazonien pour discuter de l'écologie intégrale, de l'Amazonie et de l'Église. Cet important rassemblement visait à mettre au centre de la réflexion de l'Église la vie de 34 millions de personnes, ainsi que la protection de toutes les formes de vie dans cette région et sa biodiversité, en tant que contribution essentielle au soin de notre maison commune. Il a ouvert un dialogue important avec les communautés locales et fait entendre leur voix. Deux ans après le Synode amazonien, nous partageons à nouveau certains de ces témoignages toujours d'actualité.  

La série « Voices of Women : Amazon Synod », dont nous partageons les extraits ci-dessous, a été initialement publiée par Maryknoll Office for Global Concerns, membre de la CIDSE basé aux USA.

Visolela Rosalinda "Rosa" Namises

Juste avant le Synode amazonien, la missionnaire laïque Maryknoll, Kathy Bond, a interviewé des femmes autochtones et des femmes invitées à participer. L'une de ces femmes autochtones était Visolela Rosalinda « Rosa » Namises, militante sociale, de l'égalité des sexes et des droits humains et chef du peuple /Khomanin en Namibie. Lorsqu'on lui a demandé 'Que voudriez-vous dire au Pape François et à tous ceux qui se réunissent à Rome pour le Synode sur l'Amazonie sur la valeur des traditions et de la spiritualité indigènes dans un monde brisé?' elle répondit:

« Je veux vous dire merci pour cette opportunité qui nous est rarement donnée en tant que femmes et surtout femmes du point de vue des cultures autochtones […] Je sais que vos enseignements n'étaient d'abord pas catholiques. Ils étaient indigènes. Les prières, les bénédictions avec de l'eau, l'encens que nous, catholiques, utilisons aujourd'hui, en particulier lors du baptême, tout vient des indigènes. Si nous perdons l'Amazonie, si nous perdons notre mode de vie indigène, si nous tuons nos mères et nos pères - les détenteurs de cette sagesse - et si nous ne les protégeons pas, cela nuira aux générations à venir, y compris aux nouveaux prêtres qui devenir évêques et pape. Je vous demande alors que vous délibérez de trouver un petit espace dans vos cœurs pour protéger l'Amazonie, pour protéger les modes de vie des peuples autochtones ».  

Médecine douce

Une autre femme autochtone interviewée avant le Synode était Sweet Medicine Nation, une guérisseuse amérindienne de la lignée Chickasaw. Vivant dans la forêt verte de l'Oregon depuis 50 ans, elle a travaillé pour donner une voix à ces choses de la nature qui ne peuvent pas parler. 

Médecine douce: « Ce dont je parlerais dans un synode, c'est de parler au nom de tous ceux qui n'ont pas de voix [et aucun moyen] de se tenir debout dans un synode : les arbres, l'eau et les animaux. […] Je parlerais pour les animaux qui disparaissent à cause de notre avidité. […] Je voudrais parler de la vulnérabilité de notre volonté de contrôler les choses qui sont naturelles. […] Je dirais que je viens ici en tant que représentant du monde des nations qui ne peuvent se présenter devant vous aujourd'hui et je [dirai] considérer qui et quelle est la loi supérieure. La loi naturelle était là avant que nous ayons le langage. Et qui sommes-nous pour avoir l'impression d'avoir la loi supérieure quand elle est entre les mains de Dieu, les mains du grand Mystère. Que nous arrive-t-il ? Nous devons garder et protéger la connaissance et la sagesse de notre conseil intérieur avant même de nous remettre à d'autres conseils. Je demanderais à chacun d'entre vous [au Synode sur l'Amazonie] de considérer lorsque vous délibérez et prenez des décisions que vous regardez le total de ceux dont vous avez été chargé de prendre soin. Le poisson ne peut pas rentrer chez lui si, lorsque nous cultivons, nous polluons les lacs, les rivières et les océans. Nous élevons du poisson. Ils ne veulent pas être cultivés, ils veulent être libres comme vous et moi. Nous devons nous souvenir de la compassion et du non-jugement. … Nous ne comprenons pas les manières des autres jusqu'à ce que nous marchions dans leurs mocassins ».

En tant que représentant du réseau Cry for Life (Rede um Grito pela Vida), oeuvrant pour lutter contre la traite des êtres humains dans la région amazonienne du Brésil, Sœur Roselei Bertoldo était l'une des personnes invitées à participer au Synode. Grâce à son implication dans le processus menant au Synode, elle a entendu les voix des femmes à travers l'Amazonie évoquant des situations de mort, par exemple, la destruction de l'environnement et des communautés indigènes. « Les femmes d'Amazonie font remonter à la surface toutes ces réalités : la migration interne et l'immigration internationale, le manque d'emplois et d'opportunités de vie. L'expulsion de communautés dans les régions rurales en raison de mégaprojets tels que les barrages hydroélectriques, l'exploitation minière et l'agro-industrie détruit également les cultures locales. 

Roselei Bertoldo

«Je porterai au pape François les voix de ces femmes qui disent que l'Église ne peut pas se taire face à de telles violations. Dans le processus d'évangélisation, l'Église doit protéger la vie. Quand les femmes sont violées, quand leurs corps sont violés, le Corps du Christ est violé. Beaucoup de femmes disent que l'Église est présente, soucieuse des gens, de leurs cultures et de la terre. Là où l'Église catholique n'est plus présente, cependant, par exemple, là où des églises évangéliques ont été implantées, certains disent qu'il y a eu une augmentation de l'exploitation minière et de l'exploitation illégales. Nous voulons dire au Pape François que l'Église joue un rôle important dans la protection de la vie en Amazonie. Il n'est pas possible de parler d'évangélisation en Amazonie sans considérer les problèmes de violence contre les femmes, de féminicide, de violence contre les jeunes, d'abus sexuels et d'exploitation ».

Au Synode amazonien, 36 femmes ont pu participer. Sœur Roselei Bertoldo : « Nous, les femmes, avons fait de grands progrès. Nous ne sommes peut-être pas en mesure de traduire ce qu'ils signifient tous en ce moment, mais nous sommes sûrs que nous avons laissé un héritage aux générations futures en ouvrant de nouvelles voies à une église au visage féminin et féministe, une église qui se construit et grandit, afin que nous avons des communautés qui prennent soin de la vie et de notre maison commune.  

Josianne Gauthier

Ce sentiment a été repris par la secrétaire générale de la CIDSE, Josianne Gauthier. Invitée à se joindre au Synode en tant qu'invitée spéciale, elle a été profondément émue par les femmes présentes. « Ces femmes, de toutes les régions de l'Amazonie, reflétaient de nombreuses opinions et identités différentes : autochtones, laïques et religieuses. Ils étaient forts, ils étaient écoutés et ils imposaient le respect et appelaient à l'action. La puissance brute de leurs témoignages courageux dans et hors des discussions du Synode, ainsi que leur contribution inestimable à la vie de l'Église en Amazonie, montre un amour pour l'humanité et pour notre Maison commune qui s'est manifesté avec passion et urgence. J'ai beaucoup appris de chacun d'eux et je sais que cela aussi fait partie du changement profond et éclairant de l'Église qui doit se poursuivre après le Synode.

Sources:  

  

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange