Le point de vue d’ELSiA sur la COP28 – CIDSE

Le point de vue d’ELSiA sur la COP28

Après la conclusion de la COP28, l’Alliance européenne Laudato Si’ (ELSiA) a publié une déclaration plaidant en faveur d’actions courageuses et d’approches innovantes à l’intersection de la foi et des efforts climatiques.


En tant qu'acteurs catholiques engagés dans les processus de la COP28, notre objectif a été de faciliter, de poursuivre et de plaider en faveur de solutions qui respectent la dignité de tous les êtres humains et de l'ensemble de la Création, promeuvent la justice sociale et environnementale et créent des opportunités égales pour que tous prennent des mesures audacieuses. pour stopper le changement climatique et inverser ses impacts. 

Comme le Pape François nous l’a tous exhorté dans Laudate Deum : « WNous devons dépasser la mentalité de paraître préoccupé mais de ne pas avoir le courage nécessaire pour produire des changements substantiels. […] » (LD 56). 

En fait, des mesures courageuses étaient nécessaires sur les questions concernant, sans s'y limiter, les suivantes : l'élimination progressive et ordonnée de tous les combustibles fossiles au cours de cette décennie critique, d'une manière juste et accélérée ; l’opérationnalisation du fonds Pertes et Dommages ; un allégement de la dette qui permettrait à toutes les économies de remodeler leur production et leur consommation d’énergie sur un pied d’égalité ; une transition rapide vers un système de production alimentaire durable avec l’agroécologie en son cœur. Des mesures urgentes doivent être prises de manière concomitante dans tous ces domaines.  

Le premier point positif de la COP28 est que, dans le texte final, le Consensus des Émirats arabes unis (Consensu des Émirats arabes unis), toutes les parties ont reconnu que pour limiter l’augmentation de la température à 1.5°C, l’abandon progressif des combustibles fossiles était la voie à suivre. C'était la première fois que toutes les parties s'accordaient par écrit sur cette question clé, et c'est le résultat des conclusions du tout premier bilan mondial, qui a montré à quel point les parties sont en retard lorsqu'il s'agit d'atteindre leurs objectifs de l'Accord de Paris.

Un deuxième signe encourageant est venu de la création du fonds Loss & Damage, les parties ont désormais le devoir de le rendre opérationnel en payant les contributions convenues dans les délais.  

Un troisième point positif à retenir est que les organisations confessionnelles de la société civile disposaient d’une plate-forme dédiée au Pavillon de la Foi. Cela a facilité la connexion et les échanges entre les représentants des organisations religieuses et des églises, les délégués et les militants, en particulier ceux des pays les plus touchés par le changement climatique. Cela nous a donné une chance unique de présenter nos solutions et idées innovantes à des publics que nous ne pourrions normalement pas atteindre. En plus de cela, cela a été une reconnaissance du rôle important que jouent les organisations confessionnelles dans les négociations sur le climat.    

En outre, pour la première fois, le document final d’une COP encourage la mise en œuvre de solutions intégrées et multisectorielles, telles que la gestion de l’utilisation des terres, l’agriculture durable, des systèmes alimentaires résilients et des approches fondées sur les écosystèmes.

Il existe cependant des lacunes. Le consensus des Émirats arabes unis n'a pas inclus de plan décisif et contraignant visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre de 43 % d'ici 2030 par rapport au niveau de 2019, nécessaire pour atteindre l'objectif fixé par l'Accord de Paris. 

Le travail d'ELSiA étant axé sur l'Union européenne, nous sommes particulièrement préoccupés par le fait que les États membres de l'UE n'agissent pas de manière cohérente pour atteindre cet objectif et semblent avoir mis de côté plusieurs initiatives du Green Deal de l'UE qui auraient mis l'UE sur la bonne voie pour atteindre cet objectif. ce but. 

Nous exhortons les dirigeants européens à maintenir l’action climatique et la justice climatique au premier rang de leurs priorités et à adopter le paradigme de l’écologie intégrale comme modèle de prise de décision, en recherchant la justice et la paix à chaque occasion, que ce soit lors d’une conférence sur le climat ou dans tout autre forum.  

En outre, nous pensons que le consensus des Émirats arabes unis met indûment l’accent sur le « paradigme technocratique », contre lequel le pape François nous a tous mis en garde dans son encyclique Laudato Si’. Les pays ne devraient pas s’appuyer sur des solutions technologiques telles que le captage et le stockage du carbone et les « carburants de transition » pour échapper à la suppression de toutes les subventions aux combustibles fossiles et donner des laissez-passer gratuits à certaines industries pour continuer à polluer. Nous pensons que l’Union européenne devrait diriger la décarbonisation de la production et de la consommation d’énergie, également à la lumière des responsabilités historiques du continent, et planifier son élimination progressive du pétrole et du gaz. 

En plus de cela, nous encourageons davantage d’États membres de l’UE à démontrer leur soutien à l’appel à l’établissement d’un Traité de non-prolifération des combustibles fossiles (FFNPT), un mécanisme qui, s’il était souscrit, pourrait gérer une transition mondiale juste vers le charbon, le pétrole et le gaz. . 

ELSiA réitère l'appel du Pape François à toutes les personnes de bonne volonté pour qu'elles agissent rapidement face à la crise climatique, et cet appel s'adresse particulièrement aux décideurs politiques et aux dirigeants politiques de l'UE qui ont des responsabilités non seulement envers les habitants européens, y compris les générations futures d'Européens, mais aussi envers tous les millions de personnes dans le monde qui sont touchées par les conséquences de leurs décisions, pour agir face à la crise climatique de manière décisive, avec courage et conformément aux principes de solidarité et de subsidiarité, principes partagés à la fois par l'UE et par l'Église catholique. Église. Nous regrettons que lors de la COP28, les discussions sur les systèmes alimentaires durables n'aient pas reçu suffisamment d'attention et nous encourageons l'Union européenne à mettre fortement l'accent sur l'agroécologie et les approches basées sur les écosystèmes pour remédier à ses vulnérabilités dans ce secteur, y compris dans le cadre du dialogue avec les partenaires internationaux. Nous exhortons également l'UE à réduire les émissions de méthane dans tous les secteurs et à s'en tenir à ses  Plan d'action pour le méthane telle que formulée en novembre 2022, et plaider en faveur de stratégies similaires dans le monde entier.

ELSiA défend le message du pape François et reste déterminée à plaider au niveau européen en faveur d’une législation équitable sur le climat et la biodiversité ; promouvoir la conversion écologique à travers des changements de style de vie et la prière et contribuer à promouvoir une spiritualité écologique qui continuera à inspirer le respect et l'émerveillement chez tous ceux qui s'engagent à protéger notre maison commune et le bien commun. 


ELSiA est un réseau d'organisations catholiques engagées à unir leurs forces pour adapter l'approche globale de la lettre encyclique Laudato Si' du pape François et les enseignements de l'Église connexes au contexte européen, avec un accent particulier sur les institutions de l'Union européenne. L'alliance est composée de COMECECIDSEInternational Don BoscoJESCJustice et Paix Europe, Caritas Europaet les terres parsemées de  Mouvement Laudato Si'.

Crédit photo de couverture : CIDSE

Partager ce contenu sur les médias sociaux