L'égalité des sexes encore loin d'être réalisée - CIDSE

L'égalité des sexes est encore loin d'être réalisée

À l'occasion de la Journée internationale de la femme, il est important de s'arrêter un instant pour réfléchir à la nécessité cruciale d'accorder une attention prioritaire à la question de l'égalité des sexes dans tous les domaines, politique, social et économique.

Lors d'une visite dans l'État indien du Tamil Nadu en juin 2014, j'ai personnellement constaté à quel point les inégalités extrêmes continuent de prévaloir. Les femmes sont dominées par les hommes et objectivées par eux. La violence sexiste est répandue. Les viols collectifs et les meurtres de jeunes filles sont fréquents. Un prêtre que j'ai rencontré là-bas m'a dit que 10 millions de filles ont été tuées au cours des 20 dernières années seulement! Pour de nombreuses familles indiennes, les filles sont considérées comme un fardeau ou un handicap en raison de la pression pour donner une dot. Le problème de l'inégalité entre les sexes est en outre exacerbé en Inde par le système des castes. Parmi les Dalits, les «intouchables», j'ai remarqué que les femmes faisaient des travaux tels que la collecte des déchets qui étaient considérés comme honteux pour les hommes.

Au Guatemala, j'ai été agréablement surpris de voir comment des femmes de milieux modestes s'exprimaient en public et comment certaines d'entre elles avaient des responsabilités. Il s'agit d'une exception car dans la vie civile et politique en général, les droits des femmes ne sont pas respectés. Au contraire, les femmes sont victimes d'intimidation. Au Guatemala, le problème fondamental semble être au cœur de la vie de famille. Dans le mariage, la femme continue de se voir accorder un statut inférieur. Le chauvinisme masculin est un phénomène répandu dans l'ensemble de l'Amérique centrale et du Sud. Dans le même temps, j'ai également été choquée d'apprendre le pourcentage élevé de grossesses précoces chez les filles dès l'âge de 11 ans. Je pense qu'une double approche serait nécessaire: une meilleure reconnaissance et appréciation des femmes et une éducation sexuelle et émotionnelle des jeunes et des adultes .

J'ai vu de première main en Inde et au Guatemala que la contribution des femmes à la société n'est ni reconnue ni appréciée comme elle le devrait. Penser en termes de «genre» pourrait nous aider à remettre en question les clichés et les pratiques traditionnelles et à imaginer mettre en place un nouvel ensemble de relations entre hommes et femmes, plutôt que de continuer à voir les femmes et les hommes jouer les mêmes rôles traditionnels.

Le rôle des femmes dans notre société occidentale pose également des problèmes. Par exemple, les femmes continuent de supporter une charge disproportionnée du travail domestique et continuent de souffrir d'inégalités dans leurs rôles dans la sphère professionnelle. Les femmes ne bénéficient toujours pas des mêmes chances et options que les hommes en ce qui concerne le travail en dehors de la sphère familiale. Il devrait également être possible pour les hommes de rester à la maison! Le statut des mères et des pères est souvent déterminé par le fonctionnement de l’économie traditionnelle. Nous ne devrions pas être coincés dans ces schémas! Le 7 janvier 2015, s'adressant aux fidèles, le Pape a déclaré que «la mère est rarement écoutée ou aidée dans la vie quotidienne, rarement considérée comme centrale dans la société dans son rôle. Au contraire, la disposition des mères à faire des sacrifices pour leurs enfants est souvent mise à profit pour «économiser» sur les dépenses sociales" .

Dans les deux pays que j'ai visités, j'ai pu constater à quel point les femmes sont loin d'être respectées avec dignité et équité dans la sphère publique. De plus, la situation des femmes est trop souvent affectée par la violence domestique, phénomène qui s’intensifie dans les situations de pauvreté. Dans son travail, la CIDSE s'efforce de faire en sorte que la dignité des femmes et des hommes reçoive une importance égale et pour une plus grande justice dans les rôles qu'elles assument, et c'est une initiative bienvenue. Je partage l'approche de la CIDSE qui considère la promotion des droits des femmes et de l'égalité des sexes comme une condition préalable à la réduction de la pauvreté, au développement humain, au bien-être humain, à la justice et à la dignité.

Mgr Aloys Jousten
Evêque émérite de Liège

 

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange