Les femmes sont courageuses - CIDSE

Les femmes soient courageuses

À mon retour de Rome, je me suis fait tatouer à cause du pape et d'une bonne histoire à raconter. 

Être féministe et être active au sein de l'église catholique semble être une grande contradiction. C'est ce que je ressens la plupart du temps.  

Lorsque j'ai été invité à rencontrer 300 jeunes internationaux à Rome pour travailler sur un document pour le Synode sur la jeunesse, j'étais ravi. Et d'un autre côté, je ne savais pas trop à quoi m'attendre. L'église catholique est une communauté mondiale diversifiée, et j'espérais fortement que je verrais cette réalité reflétée lors de cette réunion.  

Je suis membre du conseil d'administration de MIJARC Europe - une plate-forme d'organisations catholiques de toute l'Europe travaillant avec la jeunesse agricole et rurale - où la démocratie, la transparence et l'égalité sont des valeurs sur lesquelles nous basons notre travail. 

L'organisation vit de ce que les membres apportent et ne peut exister sans leur engagement volontaire. Lorsque vous travaillez dans un réseau comme celui-ci, vous faites partie de quelque chose de plus grand que vous, vous faites l'expérience de ce qui peut être fait ensemble et de la manière dont la foi nous connecte. Nos opérations se déroulent de manière autonome et démocratique, avec une participation active. Nous nous encourageons mutuellement à poser des questions afin de contribuer à un changement positif dans le monde. 

Critiquer les structures officielles de l’église signifie remettre en question le pouvoir et l’affiliation. Si vous ne croyez pas assez, vous serez marginalisé. Démocratie, égalité des sexes également dans la question de l'autorité: non catholique. Et les personnes qui le soutiennent: non plus. Qui décide ça?  

Considérer ce potentiel de critique comme un étranger, voire un élément nuisible dans l’église, c’est séparer l’église du monde. 

Permettre la critique et laisser place au doute est une nécessité théologique. Ce n'est pas une faiblesse, mais une protection des faibles, pas un manque de foi, mais une invitation à la croissance. 

«Vous êtes les protagonistes. Alors, parlez clairement. L'église vieillit, sans que les jeunes prennent des risques. " 

Le pape François a adressé ces mots clairs aux jeunes 300 du monde entier. Le Vatican a invité les jeunes à préparer un document pour le Synode de la jeunesse: cela n’était jamais arrivé auparavant. 

Nous avons fait de notre mieux pour rendre justice à ce moment historique et pour rassembler les points de vue divers des jeunes issus de tant de réalités différentes. 

Nous avons prolongé les délais, répondu aux questions qu’ils ne nous avaient pas posées et utilisé chaque minute pour échanger nos points de vue, car nous avions beaucoup à dire. 

 Alors que nous remettons le document au Pape le dimanche des Rameaux, il y a un doute si nos demandes seront entendues et si le temps a suffi. Mais surtout, il y a de l'espoir dans l'air alors que nous marchons ensemble avec des branches de palmier sur la place Saint-Pierre. 

Car comme nous le dit le Pape François le dimanche des Rameaux: «Chers jeunes: avec vous, c'est la décision de crier. (…) Quand les autres se taisent, quand nous, les anciens et les responsables, nous nous taisons, quand le monde se tait et perd sa joie, je vous demande: voulez-vous crier? Veuillez décider avant que les pierres ne crient. 

Le pape est venu nous rencontrer place Saint-Pierre. Je me tenais dans la foule entourée de tant d'autres jeunes gens alors qu'il nous regardait et disait: «Femmes, soyez courageux». 

J'étais là - marchant dans les rues de Rome après une semaine pleine de doutes et d'inspiration, de critiques et de nouvelles idées, coincé dans toute cette grande contradiction de pensées, et submergé par l'énergie que j'avais ressentie toute la semaine, l'énergie que nous les jeunes veulent apporter à l'église. 

Et je pensais constamment aux discussions que nous avons eues au cours de la semaine, le pape nous a demandé de prendre des risques et les femmes d’être courageuses. 

Et sans même m'en rendre compte, je suis entré dans un studio de tatouage et je lui ai demandé si je pouvais le faire maintenant. 

Les visages confus devant moi m'ont demandé si je savais déjà ce que je voulais. J'ai simplement répondu «oui» et sans avoir jamais envisagé de me faire tatouer avant de peindre le petit symbole sur une feuille de papier. 

C’est le résultat d’une bataille à laquelle je me suis battue depuis très longtemps et qui a maintenant trouvé son chemin vers l’extérieur de manière très physique.  

Cela résumait si parfaitement les objectifs de cette semaine pour moi: amour, foi et autonomisation des femmes. 

Je n'ai jamais ressenti plus fortement ce en quoi je crois et ce pour quoi je veux me battre. 

Je fais partie de l'église et je suis féministe. Ce n'est pas une contradiction. Juste un appel au changement. 

Daniela Ordowski est membre du conseil de MIJARC Europe.
Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange